Le savoir faire traditionnel d’artisans éleveurs vous fournit le produit qui respecte le vivant

Notre organisation  

L’élevage

Les races

Les races rustiques du Massif central adaptées aux multiples reliefs de la zone constituent la base du troupeau maternel. Ainsi, en Aveyron, la brebis Lacaune Viande est dominante, dans le département du Lot, la Caussenarde, brebis aux lunettes noires, valorise les parcours du Causse, quand, en Lozère, la Blanche du Massif central occupe la majorité des espaces. Toutes ces races «cousines» se caractérisent par une aptitude à la production d’agneaux dans des conditions difficiles de climat et de ressources fourragères très variables.

L’alimentation

Tout au long de l’année, les agneaux tètent le lait de leur mère et les accompagnent au pâturage autant de fois que la production herbagère le permet. Sitôt que la pousse de l’herbe se fait rare, les agneaux reçoivent un complément alimentaire 100 % végétal et bio pour suppléer leur croissance dans les meilleures conditions. Cette pratique permet d’éviter l’apparition de troubles sanitaires dus à une forme de disette. Les brebis et agneaux pourront être conduits en plein air et semi plein air durant la belle saison, de mars jusqu’à Toussaint, et progressivement intégrer l’espace paillé des bergeries avec l’apparition des premiers froids hivernaux. Dès lors, l’alimentation des brebis et leur suite seront composées des fourrages récoltés en été complétés d’une ration de céréales produites selon le mode biologique.

L’équilibre nutritionnel obtenu contribuera à une bonne production laitière des mères qui permettra d’offrir à leur progéniture une bonne croissance et un développement optimal. Les agneaux nés en automne et hiver bénéficieront de ce mode d’élevage douillet en bergerie et régaleront les gourmets de produits bios avant les fêtes de Pâques.

Les éleveurs

La plupart d’entre eux exploitent dans les zones sèches du sud du Massif central sur des plateaux calcaires. Ils sont majoritairement aveyronnais, mais également lotois, tarnais et altiligériens. L’effectif des troupes de brebis varie de 100 à 600 têtes sur des exploitations de taille moyenne qui bénéficient souvent de la présence de parcours boisés entretenus par un pâturage estival…

L’abattage

Les animaux sont acheminés la veille au soir de leur abattage à l’abattoir de Capdenac et placés dans de vastes stabulations, dont les litières sont changées régulièrement, à l’abri du stress. Pour l’abattage, ils accèdent à la chaîne par le poste d’anesthésie où ils sont simultanément identifiés parle système informatique puis pris en charge par les opérateurs successifs qui interviennent sur un équipement automatisé.

En bout de chaîne, les services vétérinaires surveillent en permanence l’ensemble des opérations et, pour chaque agneau systématiquement inspecté, délivrent l’estampille de conformité aux normes de santé publique. Chaque animal est ensuite pesé et reçoit un classement correspondant à sa qualité. Ce classement est effectué par des agents agréés. Une étiquette de traçabilité est ensuite apposée sur chaque agneau dont le poids varie entre 16 et 19 kilos.
Les agneaux sont ensuite transférés dans un sas de réfrigération progressive avant leur acheminement en chambre froide où ils sont entreposées au moins une journée entière avant leur expédition. Ici, plus encore qu’ailleurs, la maîtrise du processus frigorifique est capitale dans la mesure où elle conditionne l’évolution de la qualité de la viande jusqu’à sa parfaite maturation.

Jacques GREFFEUILLE et son équipe procèdent à une sélection rigoureuse. Seuls les agneaux correspondant
aux critères de qualité et d’élevage bio seront estampillés “bio”. Les autres seront “déclassés” et réintégrés dans le circuit dit conventionnel.

La distribution

Au-delà de la qualité, la volonté des professionnels Agnobio est d’interagir sur la régularité des approvisionnements et sur l’optimisation des circuits de distribution.

Des approvisionnements réguliers et de qualité

Si la production d’agneaux est plus intense de mai à septembre, ce qui correspond au cycle naturel de reproduction des brebis, elle est également bien présente d’octobre à avril, notamment par le choix de certains éleveurs d’élever une partie de leurs agneaux en bergerie. Les éleveurs engagés dans Agnobio se sont donc regroupés pour assurer, grâce à leur “masse critique” un approvisionnement régulier et de qualité tel qu’il est souhaité par les consommateurs bio.

Des circuits de livraison optimisés

Dans une même recherche de “masse critique”, Agnobio engage une démarche partenariale avec de nombreux autres acteurs de la filière bio pour tendre vers une optimisation des circuits de livraison. Toutes les voies d’amélioration permettant de limiter au maximum les coûts générés par la livraison pour le consommateur final seront mises en place, dont notamment :

  • la vente directe en ligne sur le site : www.agnobio.fr
  • le regroupement des commandes et des livraisons par famille, groupes de consommateurs, associations et groupements d’achats…