Le savoir faire traditionnel d’artisans éleveurs vous fournit le produit qui respecte le vivant

Historique  

Un engagement ancien et résolu dans les démarches qualité : Historique de l’activité Agriculture Biologique dans la filière

Depuis bientôt 15 ans, les partenaires historiques GREFFEUILLE AVEYRON et APROVIA ont œuvré pour la promotion du mode de production biologique. Durant toutes ces années, ils ont accompagné, soutenu, et encouragé des éleveurs qui militaient pour une autre forme d’agriculture.
Voici en quelques lignes un rappel historique des principaux évènements qui ont caractérisés la dernière décennie.

1997
La société GREFFEUILLE AVEYRON commercialise pour la première fois en été 1997, 421 agneaux élevés selon le cahier des charges de production biologique. Un seul éleveur, adhérent d’APROVIA est alors titulaire d’une licence BIO. L’apparition de la première crise de l’ESB sensibilise fortement les consommateurs au mode d’élevage des animaux de boucherie, les signes officiels de qualité et d’origine ont le vent en poupe. Le marché de la viande ovine bio prend une nouvelle dimension.

1998
Le développement de la production se poursuit grâce à la conversion de nouveaux éleveurs, l’industrie laitière entre ouvre la porte aux producteurs les plus motivés. Deux d’entre eux décident d’engraisser leurs agnelets et permettent la commercialisation de 935 agneaux sous le logo AB.

1999
La conversion s’accélère et un groupe d’éleveurs BIO s’étoffe au sein de l’organisation de producteurs. Ils sont au nombre de sept et engagent leur production pour la vente de près de 2000 ovins.

2000
Le potentiel de production s’accroit encore, cependant on observe un premier seuil de résistance au niveau commercial ; la demande essentiellement générée par la grande distribution fléchit progressivement. Cette tendance est essentiellement due à une forte saisonnalité de la production, aggravée par une incertitude provoquée par l’évolution du cahier des charges ovins européen, qui remet en question les productions de bergerie.

• Production commercialisée : 2066 ovins2001
L’effet restrictif du cahier des charges production se fait sentir. La production commercialisée subit une baisse importante : – 40 % / 2000 et s’élève à 1246 têtes.
Face à cette nouvelle conjoncture, les éleveurs laitiers, principaux fournisseurs jusque là de viande ovine décident d’engraisser moins d’agneaux.

2002
De nouveaux éleveurs, récemment agrées en AB, sollicitent l’organisation APROVIA pour le suivi des élevages et la commercialisation de leur production en bio.
Ainsi au 31 décembre 2002, près de 15 éleveurs de l’Aveyron et des départements voisins ont pu commercialiser leurs produits via l’O.P. aveyronnaise.
Production commercialisée : environ 2500 ovins,
> Dont 85 % d’agneaux et 15 %.de brebis.
En effet, une démarche commerciale engagée par la filière en place permet de promouvoir une nouvelle catégorie d’animaux, les brebis de réforme.
Globalement une reprise significative des ventes intervient, + 65 % par rapport à 2001.
Cette reprise favorable de la commercialisation bio est à mettre à l’actif de la deuxième crise de l’ESB qui marque fortement le comportement des consommateurs. La viande bio constitue un moyen privilégié de poursuivre l’achat de viande en toute tranquillité.
Par ailleurs dans le cadre de son dossier O.P., APROVIA a sollicité et obtenu sa reconnaissance pour son activité bio sur tout le département de l’Aveyron et les départements limitrophes.

2003-2005
C’est la première traversée du désert qui se dessine. Les producteurs engagés dans la démarche bio constatent avec un grand désarroi un fléchissement régulier de la demande en viande ovine bio assortie d’une baisse de la valorisation commerciale. Les crises sanitaires s’éloignent, le facteur prix reprend toute son importance dans l’acte d’achat du consommateur.
Dans ce contexte effectivement défavorable, les principales organisations de producteurs de la zone revoient leur position et laissent leurs adhérents face à leur engagement bio sans rechercher de solutions commerciales.
Les responsables de la filière GREFFEUILLE AVEYRON/APROVIA, pour leur part, restent mobilisés sur le dossier, soucieux d’accompagner au mieux les adhérents engagés en AB. Ils commandent une étude de marché par le truchement de l’Association de Promotion des Viandes d’Aveyron, future ODG REGAL, pour mettre en évidence des réponses appropriées à l’épineuse question de la valorisation de la viande ovine bio.
Cette réflexion a eu pour mérite de caractériser le marché et la nature des consommateurs de produits carnés biologiques. Ce travail a permis d’orienter les efforts de la filière en termes d’investissement commercial.
C’est pour valoriser les recommandations de l ‘étude de marché « Bio » qu’une contribution a été commandée, en 2005, pour étudier les conditions optimales d’une vente directe de l’organisation de producteurs aux consommateurs. Au cours du dernier trimestre 2005, un plan d’action est proposé à la filière pour mettre en œuvre un mode de commercialisation original, à savoir une vente directe au consommateur via un réseau de livraison à domicile. Une marque commerciale est créée à cette occasion pour identifier la démarche et naturellement le produit. « AGNOBIO, le respect du bon » est née.

2006
Durant le dernier trimestre, le site internet agnobio.fr est mis en ligne pour promouvoir les produits de la filière aveyronnaise et s’adresser directement au consommateur.
Parallèlement, des tests de préparation de viande pré-cuisinée bio sont mis en œuvre dans la continuité de l’étude de marché.
La participation de la société GREFFEUILLE AVEYRON au salon bio de Francfort, autorise également quelques perspectives à l’export pour tous les producteurs qui font toujours confiance à la filière pour trouver des débouchés rémunérateurs de leur production.

2007
Les résultats d’activité présentés aux adhérents lors de l’assemblée générale annuelle du 25 avril 2008, laisse apparaître une reprise des ventes d’ovins biologiques de 21 % en comparaison à 2006.
La valorisation commerciale des agneaux s’établit à 5,78 € par kg de carcasse, avec une légère progression (+0,4 € par agneau/2006) qui représente une plus value de 9.7 € face aux laitons de l’OP APROVIA et 8,9 % de mieux que les agneaux labels Rouge.

2008
C’est une véritable période de transition que la filière bio d’APROVIA traverse cette année là.
Côté production
L’origine et la qualité des agneaux commercialisés en circuits bio sont forcément différentes de ceux qui existaient dans les années 2000. La production viande est dorénavant le fait des troupeaux allaitants en remplacement des troupeaux laitiers qui se consacrent prioritairement à la production laitière de leur cheptel.
La livraison d’agneaux de boucherie a faibli de 343 têtes pour atteindre 916 agneaux commercialisés. La principale cause de ce résultat est à affecter à un décalage de production notamment au cours du deuxième semestre lié à l’année climatique défavorable. L’excès d’humidité du printemps défavorable à la production ovine associée à une perturbation de la reproduction occasionnée par le passage de la fièvre catarrhale, ont engendré une baisse assez spectaculaire de la productivité de certains élevages. Il faut noter que le nombre de producteurs est resté stable.

Côté commercialisation
La demande en viande ovine bio s’est confirmée en 2008, la production locale n’a pas permis de satisfaire les clients, aussi il a été nécessaire de rechercher des fournisseurs à l’extérieur du département pour maintenir une relation commerciale au niveau des mois précédents.
Des éleveurs de la Haute Loire, rassemblés au sein de l’APIV 43, répondent positivement à la demande et c’est le début d’un partenariat qui est en progression encore aujourd’hui.
En fin d’année, les actions commerciales engagées ont permis de relancer un nouveau marché dans la valorisation des brebis de réforme. Une progression de 238 brebis valorisées en bio est constatée en fin d’année 2008. (+274 %)

Valorisation des produits :
Le prix moyen du Kg d’agneau payé aux éleveurs a progressé de +0,24 €/kg, celui des brebis bio a permis d’apporter une plus value de 16.60 € par tête en comparaison à la moyenne des brebis de réforme collectées par l’O.P.

2009
C’est une année importante pour la filière bio organisé autour de la société GREFFEUILLE AVEYRON qui a enregistré au cours des douze derniers mois des résultats en progression dans toutes les catégories de produits.
Durant l’année 2009, APROVIA a valorisé en commercialisation AB, partiellement ou en totalité, la production de 25 éleveurs bio.
Ces adhérents ont bénéficié des services des Organisations de Producteurs. Parmi eux on recense :

• 10 éleveurs allaitants,
• 12 éleveurs laitiers,
• 2 éleveurs mixtes.
• 1 en conversion.

Bilan des ventes
• 2 222 agneaux de boucherie
• 243 agnelets,
• 1 015 brebis,
Total activité : 3 480 ovins commercialisés sous le logo AB

Côté production
Les livraisons ont progressé de 623 têtes pour atteindre 1563 agneaux commercialisés soit une augmentation de près de 70% /2008. Ce résultat est le fruit d’une amélioration de la productivité des élevages adhérents et de la contribution des apports hors département.

Côté commercialisation
La demande en viande ovine bio s’est confirmée en 2009, la production locale n’a pas permis de satisfaire les clients, aussi il a été nécessaire d’intensifier le partenariat avec l’APIV 43 pour continuer à servir une clientèle qui se fidélise.
Pour autant, APROVIA en partenariat avec la filière aval a poursuivi son investissement commercial en vue de promouvoir les catégories de produits issus des élevages bio qui ne trouvent pas de finalités commerciales satisfaisantes en certification bio.
Cette action dynamique mise en œuvre par la société commerciale s’est concrétisée en fin d’année et a permis la commercialisation d’une nouvelle catégorie de produit : l’agnelet bio.
Concernant les brebis de réforme de qualité bouchère, des résultats significatifs ont été obtenus avec notamment une progression de 574 brebis valorisés en bio (+253%) / 2008.
Au 31 décembre 2009, 3 480 ovins ont été valorisés en AB, soit un doublement de l’activité / 2008. C’est le nombre le plus important d’ovins bio commercialisés depuis la création de la filière.
Valorisation des produits :
Le prix moyen du Kg d’agneau payé aux éleveurs est resté stable à 6.0 €/kg ; il reste supérieur de 0.42 € / kg par rapport aux carcasses Label Rouge livrées par les O.P. APROVIA et APIV 43, soit un une plus value bio de 7.5 %.
Celui des brebis bio a permis d’apporter une plus value de 15.47 € par tête en comparaison à la moyenne des brebis de réforme collectées par les O.P.

2010
La dynamique enclenchée en 2009 s’est poursuivie en 2010. La société GREFFEUILLE AVEYRON a enregistré encore une progression globale d’activité en 2010.

Côté production
Les livraisons ont progressé de 437 têtes pour atteindre 2 594 agneaux commercialisés soit une augmentation de près de 20% / 2009. La constitution de ce résultat est à rechercher au niveau de la productivité des élevages adhérents, une nouvelle organisation au niveau de l’approvisionnement, la contribution nouvelle de l’engraissement d’agneaux laitiers.
L’ouverture du marché des agnelets bio s’est précisée ; la commercialisation des brebis a baissé.

Côté commercialisation
La demande en viande ovine bio s’est affermie en 2010 ; La planification des sorties d’agneaux et brebis au sein de la filière, un partenariat avec d’autres O.P extérieures au département, ont permis de maintenir un développement des ventes et une amélioration de la rémunération des produits.
Eleveurs de la filière,
Durant l’année 2010, les organisations de producteurs ont collecté en AB, partiellement ou en totalité, la production de 35 éleveurs engagés en Agriculture biologique.
Nombre d’éleveurs, 2010/2009 : +20 % / 2009
Ces adhérents sont engagés en production allaitante ou laitière et se répartissent comme suit :
• 18 éleveurs allaitants,
• 16 éleveurs laitiers,
• 1 éleveur mixte.

Bilan des livraisons à la société GREFFEUILLE AVEYRON

Catégories Nombre Evolution
2010/2009
Agneaux de boucherie 2 594 + 20%
Découpe bio 151 + 32%
Agnelets 668 + 275%
Brebis 869 – 15%
Total activité 4 282 + 23 %

Valorisation des Agneaux Bio,
L’observation des prix payés aux éleveurs engagés en AB en fin d’année 2010 laisse apparaître une valorisation commerciale à 6.03 € / kg pour atteindre 104.36 € la pièce.
Elle reste supérieure de 0.47 € / kg par rapport aux carcasses Label Rouge de la filière APROVIA soit un une plus value bio de 8.45 %.

Valorisation des agnelets,
La première pleine saison de commercialisation a permis d’apporter une plus value de 7.46 € en moyenne par agnelet vendu en BIO.
Valorisation des brebis,
Le travail commercial de toute la filière dans ce secteur a permis d’obtenir un prix de vente de 15.11 € supérieur par tête en comparaison à la moyenne des brebis de réforme collectées par les O.P.
Observations :
Les éleveurs laitiers adhérents aux OP produisent du lait valorisé majoritairement en AB. On peut évaluer la production laitière de la filière à 2 000 000 l bio.